lorem ipsum dolor sit thumb
lorem ipsum dolor sit thumb
lorem ipsum dolor sit thumb
lorem ipsum dolor sit thumb
lorem ipsum dolor sit thumb
lorem ipsum dolor sit thumb
Retour aux musées Palais 1001 nuits

Le palais édifié dans la Médina Méditerranea se veut une représentation de ce que fut, à partir du XVIIIe siècle, le château dans l’imaginaire arabe et surtout occidental. Le palais est souvent perçu comme un lieu magique, intriguant et mystérieux ; une résidence à la fois privé et public à l’abri des regards et inaccessible à la foule. C’est là que se déroulaient les principales activités politiques, intellectuelles, religieuses et économiques ; et c’est vers lui que convergeaient les réseaux de l’artisanat et les activités marchandes.

Cette vie riche et variée est reconstituée dans notre Médina à travers des duplicatas de célèbres tableaux de peintures et quelques restitutions des scènes de cours. Nous sommes ainsi conviés dans l’univers mythique de Shéhérazade, cette inépuisable conteuse qui sut charmer un prince sanguinaire et méfiant qui ne croyait plus en la fidélité des femmes par le simple récit continu d’histoires extraordinaires qui le tenaient éveillé toute la nuit. Lui qui s’était promis, à la suite d’une grave tromperie, qu’il épouserait une femme par jour et la tuerait au matin, fut complètement captivé par le charme des contes de Shéhérazade pendant 1001 Nuits au point d’en oublier son funeste projet.

Cette princesse persane aussi belle qu’intelligente est une des grandes dames du répertoire imaginaire arabe qui a dépassé les frontières de Perse et est devenue une héroïne emblématique des splendeurs de l’Orient à l’échelle de la planète. Elle ne pouvait qu’avoir sa place en lieu qui est comme dirait Molière «un condensé des merveilles des cieux».

Un palais lui est donc consacré mais nous ne sommes pas en Perse ni en Orient et ce palais; par un coup de baguette magique, a pris l’allure d’une grande maison de la Médina, cossue richement meublée, couverte de tentures avec son Salamlik, espace exclusivement masculin où le maitre de maison reçoit ses fournisseurs, ses serviteurs etdiscute de ses affaires. Plus loin, à l’abri des regards c’est le Haramlik espace réservé aux femmes où s’affairent les servantes. Là, notre Shéhérazade tranquillement installée sur un trône, écoute les histoires qu’un fdaoui juif aveugle lui raconte. Qui sait ? Elle se ressource auprès de lui en vue de transmettre à son tour...Une chaine infinie de contes... Une grande pièce est réservée dans laquelle sont proposées des caftans et des robes.

Un hammam proche vous tend les bras, une robe ample, des babouches et vous voilà transportés pour un temps dans un autre univers. Pourquoi ne pas se laisser à revivre ne serait-ce qu’un court instant.... les mystères de l’Orient portent à la rêverie, à la détente, à la douceur de vivre. Écoutons le poète et délectons-nous Baudelaire ne nous a-t-il pas encouragés au dépaysement ?

Mon enfant ma sœur Songe à la douceur D’aller là-bas vivre ensemble Au pays qui te ressemble Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traitres yeux Brillants à travers leurs larmes Là tout n’est qu’ordre et beauté Luxe calme et volupté

C’est cette ambiance feutrée et raffinée qui nous est racontée par une série de tableaux de grands maitres orientalistes de l’Europe des XVIIe et XIXe siècles. Vie de cour et art de vie sont abondamment illustrés par un grands nombre d’artistes peintres fascinés par les charmes discrets de l’Orient.

A l’entrée du Palais, le visiteur contemplera une galerie d’art où plusieurs tableaux de peintures nous font revivre l’ambiance magique des Médinas et des cours royales.

©2014 Medina Mediterranea. Tous droites réservé.